Non classé

Articles archivés

Les gènes de Mia-Vaca

Créé par le 18 fév 2011 | Dans : Non classé

Mia-Vaca de malaleche était le fruit de l’amour contrarié d’un ours vaillant et d’une belle louve. Comme ses parents travaillaient beaucoup, Mia-Vaca avait été confiée à sa grand-mère poule. Mia-Vaca avait beaucoup réflechi à l’origine de ses maux et se trouvait bien ingrate de mutiler la part de chacun des ascendants chéris qu’elle portait en elle. A plus forte raison d’ailleurs que père et grand-mère n’étaient plus là et qu’elle était le témoignage vivant de leur existence…

Les médecins qui avaient examiné Mia-Vaca avaient pour explication convenue la disparition de ces êtres chers. Mia-Vaca avait pourtant souvenance de germes bien antérieurs.

 Petite, Mia-Vaca devait finir ses assiettes pour faire plaisir à son père à l’appetit orgresque ou à sa cousine ainée qui déjeunait tous les mercredi avec elle. C’est là que Mia-Vaca avait consulté pour la première fois sur l’initiative de grand-mère poule. La petite vomissait systématiquement après chaque repas. Diagnostic: rien. Ou plutôt rien d’organique.

Mia-Vaca se mit à grossir, grossir, grossir. Elle avait maintenant une appétence immodérée pour la nourriture. Elle devint un sujet de moquerie à l’école. Mia-Vaca travaillait par ailleurs fort bien et se trouvait perpetuellement en quête de reconnaissance.

Le corps de vache de Mia-Vaca était né. Cela lui était insupportable et elle révait en secret de pouvoir couper aux ciseaux ses excroissances graisseuses. Mia-Vaca souffrait : elle n’avait rien d’une princesse et la crauté des enfants le lui rappelait quotidiennement. Mia-Vaca ne disait rien. Elle avait juste espoir que les conclusions des visites médicales alarment ses parents. En vain. Les A du carnet de notes occultaient le reste…

Un jour, Mia-Vaca reçut la moquerie de trop et décida d’arrêter de manger. Ce fût chose faite. Mia-Vaca a toujours été forte pour les décrets de l’âme.

Mia-Vaca ne voulait pas se faire bouffer

Créé par le 17 fév 2011 | Dans : Non classé

Un des maux perpetuel de Mia-Vaca résultait de l’impossible conjugaison de son désir de communion avec les éléments, de sa soif inextinguible de parcourir les pâturages mondiaux, en bref d’absolu avec la limitation cruelle de son près carré et de son corps borné.

A cela s’ajoutait la revendication perpetuelle de son indépendance, de son besoin vital d’être libre, protégée des mouvements grégaires.

Mia-Vaca, pas matheuse, trouvait que cette equation était insoluble mais, ténace, elle continuait de se torturer l’esprit.

D’un autre côté Mia-Vaca savait que le plus dur dans l’action c’est de s’y mettre. Elle se disait souvent qu’elle ferait mieux d’agir dans le possible plutôt que de procrastiner dans l’attente du résultats de ses calculs.

Alors, Mia-Vaca avait pris le pli fâcheux de s’anesthesier l’esprit, infligeant des punitions à ce corps carcan dont elle finissait par déborder.

Là encore, Mia-Vaca n’était pas dupe: ça ne faisait pas avancer le schmilblick!

Mia-Vaca n’avait plus qu’à prendre un décret de l’âme. Elle savait bien que là était la clef des champs.

One upon a time

Créé par le 16 fév 2011 | Dans : Non classé

Mia-Vaca de malaleche procrastinait aussi continuellement qu’elle pensait panser ses maux d’herbe grasse.

Mia-Vaca, quoique vache, n’était pas bête. 

Mia-Vaca était en proie à d’authentiques angoisses de mort imminente. Ce n’était qu’à son retour parfois inespéré sur le plancher des gens de raison, que Mia-Vaca se souvenait que sa fatalité n’existait que parce qu’elle tardait à prendre de bonnes résolutions.

Mia -Vaca n’était donc pas dupe de ses pansements sur patte de bois.  Elle était malheureuse cette pov’vache! Elle ne voulait plus être cette grosse qui se goinffre jusqu’à atteindre le bord du gouffre. Elle voulait devenir libellule, belle et légère comme une bulle.

leshommesquejaime |
petra1213 |
Un peu de toi que tu m'as d... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | justforthistime
| identityx
| worldwearinessness